02 31 26 20 55 | contact@leniemen.com

NORMANDIE-NIEMEN

LA NAISSANCE DE LEGENDE NORMANDIE-NIEMEN

À la suite de la déclaration de guerre de l'Allemagne à l'URSS l'ambassade de France à Moscou est fermée.mais L'attaché militaire français reste en URSS. Il se déclare partisan de la France libre, Il est persuadé que l'Union soviétique, malgré les graves défaites du début de la guerre avec l'Allemagne, ne sera pas facilement vaincue. De Gaulle décide alors de devenir l'allié de l'URSS ce qui renforcerait la position politique des gaullistes face aux Britanniques et aux États-Unis.

Les Britanniques étant opposés à l'envoie des forces françaises libres de terre ou de mer se joindre aux soviétiques, De Gaulle décide d'envoyer des aviateurs. Après les négociations Les soviétiques acceptent à conditions que les aviateurs français soient placés dans une unité soviétique. Quatorze pilotes français et 58 mécaniciens sont regroupés au Liban. Ils forment le groupe de chasse Numéro 3, dont la première mention officielle date du 15 septembre 1942. Ce groupe de chasse se nomme « Normandie ». Il comprenait des pilotes de chasse et de mécaniciens et Dix-sept techniciens soviétiques complétaient l'effectif.

Le groupe de chasse quitte le Liban le 12 novembre 1942 et par l'Iran parvient sur la base soviétique d'Ivanovo au nord-est de Moscou le 28 novembre 1942. Les aviateurs français choisissent de s'entraîner et de combattre sur du matériel soviétique, le chasseur Yak-1.

Les pilotes français aux commandes de chasseurs soviétiques Yak constituaient une unité militaire efficace. Ils ont réalisé plus de 5 000 missions et abattu au moins 273 avions allemands. Ils agaçaient donc à raison les nazis. On dit que le maréchal allemand Wilhelm Keitel a publié l'ordre suivant: «Tout pilote français capturé doit être exécuté immédiatement».

L’escadron Normandie, comme il était appelé au départ, est devenu opérationnel en mars 1943, et comportait dans un premier temps 14 pilotes et 47 mécaniciens dans ses rangs. En 1944, devenu régiment Normandie participe aux batailles de Vitebsk, de la Berezina, de Minsk et du Niémen, et pour ses accomplissements dans la bataille pour Biélorussie et la Lituanie, il devient NORMANDIE-NIEMEN au nom de l'unité en référence àu Fleuve Niémen du premier groupe, seuls trois pilotes ont survécu. Au total, une centaine de Français se sont battus dans le régiment de Normandie-Niemen. Ils ont reçu de nombreuses décorations soviétiques. Quatre des pilotes ont obtenu les plus hautes récompenses soviétiques – ils sont devenus héros de l'Union soviétique.